MILLÉSIMES

découvrir
Château Ramafort

2016

Comment parler d’un millésime fabuleux quand il suit un autre millésime fabuleux ? Cela dit, pour nous, le 2016 est encore meilleur que le 2015. Sa couleur est superbe, les arômes et les tanins se sont libérés sans effort et le vin est magnifiquement équilibré.
Le débourrement a eu lieu fin mars, après un hiver très doux. Le printemps a ensuite été pluvieux, voire très pluvieux, mais la floraison a profité d’un court épisode de beau temps en juin. Le temps très sec qui s’est installé en juillet et qui a duré jusqu’à la mi-septembre a donné aux raisins une concentration remarquable en couleur et en tanins. Les pluies sont arrivées juste au bon moment pour accélérer la maturation et ont permis une récolte sans stress. Nous avons commencé à cueillir les merlots le 6 octobre, les derniers cabernets ont été ramassés le 21. Devant l’opulence des vins, nous avons choisi d’augmenter le pourcentage de bois neuf et la durée de l’élevage en barriques. Les vins y ont séjourné 16 mois au lieu de 12 habituellement. Le 2016 a la noblesse tranquille des grands vins sûrs de leur charme et de leur puissance. Il est mis en bouteille depuis mars 2019.

Château Ramafort

2015

Pour décrire le millésime 2015, nous pouvons dire qu’il assemble le fruité du 2005, le corps du 2009 et les tanins profonds du 2010.

L’hiver, sensiblement plus froid que les précédents, a entraîné une floraison tardive mais rapide et homogène grâce au printemps sec et lumineux.

Une succession de semaines très chaudes, ensoleillées et sèches en juin et juillet ont contribué à façonner le millésime 2015 à Bordeaux. Août restera quant à lui dans l’histoire comme l’un des plus humides jamais enregistrés, avant le retour d’un mois de septembre radieux. La récolte des merlots a commencé le 21 septembre et nous avons cueilli les derniers raisins le 9 octobre. Les fermentations ont été régulières et les petits grains à la peau épaisse ont libéré de superbes tanins mûrs et concentrés. Nous avons choisi un élevage long sur 30 mois pour affiner cette structure magnifique. Il en résulte un millésime très opulent, d’une grande profondeur et d’une grande complexité. Il a été mis en bouteille en mai 2018 et certains distributeurs, en particulier aux États-Unis, l’aiment déjà tellement que nous allons ouvrir sa commercialisation en 2019.

Château Ramafort

2014

Notre hiver était très humide mais doux, avec des journées ensoleillées arrivant au printemps. En dépit d’une tempête de grêle qui a ravagé de nombreux domaines du Médoc, les vignes de Ramaforts étaient en grande partie intactes et un mois de juin chaud et doux a fourni les conditions idéales pour la floraison. Le beau temps a suivi en juillet, les températures ont chuté en août et le changement de couleur des raisins a pris un peu plus de temps que prévu. Septembre a sauvé le millésime sans pluie et notre nappe phréatique suffisamment haute pour permettre une maturation parfaite et de merveilleuses conditions pour la récolte. Nous avons commencé avec le merlot le 30 septembre et cueillions toujours les cabernets à manches courtes jusqu’au 13 octobre.

Château Ramafort

2013

L’année 2013 nous a gratifiés de merveilleux cabernets, compensant des merlots récoltés un peu tôt. Sans parler d’un millésime fabuleux, une sélection très stricte nous a permis de produire un vin bien équilibré, pour le vin de tous les jours. Les températures particulièrement fraîches à la fin de l’hiver et au printemps ont retardé la croissance. La floraison est arrivée avec 12 jours de retard sur la moyenne, et sous la pluie qui a perturbé la nouaison. La sécheresse estivale a été une délivrance, juillet a été le plus chaud jamais enregistré en 60 ans. Les grappes, peu nombreuses et plutôt petites ont pu ainsi évoluer favorablement. Le temps chaud et humide de septembre a fait craindre le botrytis mais nous avons choisi d’attendre le 1er octobre pour récolter les premiers merlots et nous avons vendangé à notre rythme jusqu’au 18 octobre pour profiter des derniers jours de beau temps. Les tris drastiques au vignoble et au chai ont fait des merveilles. Ce ne sera évidemment pas un millésime de longue garde mais nous le commercialiserons en 2019/2020, car il révèle déjà de très jolies notes de fruits rouges. Nous pensons qu’il sera parfait à boire entre 2019 et 2025.

Château Ramafort

2012

Nous décrivons souvent le millésime 2012 comme délicat, équilibré et raffiné.

Relativement peu de pluies sont tombées au cours des cinq mois d’hiver et les températures ont été clémentes, à l’exception de la glaciale première quinzaine de février.  Le débourrement a été enregistré au 5 avril, mois au demeurant très humide. Un mois de juin pluvieux mais doux a laissé place à des mois de juillet et d’août très secs, assurant une maturation lente. Le temps a changé dès les premiers jours de l’automne: des pluies modérées mais régulières se sont mises à tomber à partir du 20 septembre. Fort heureusement, elles sont arrivées trop tard pour perturber gravement la maturation ou la santé des raisins. Les vendanges se sont déroulées du 8 octobre au 18 octobre, avec un peu plus de pluie que nous ne l’aurions souhaité. L’état sanitaire de la vigne a cependant été préservé. Les merlots se sont révélés moins expressifs que les cabernets lors de la fermentation, mais lors de l’assemblage final, nous avons été agréablement surpris par leurs notes florales. Nous prévoyons de commercialiser le millésime dès 2019.

Château Ramafort

2011

Après deux millésimes bénis des dieux, auxquels la nature a donné exactement ce qu’il fallait, quand il le fallait, l’année 2011 a produit un vin charmeur, agréable, à boire plus jeune. L’année a été étrange côté météo: nous avons eu l’été au printemps, l’automne en été, le printemps en automne. Un début d’année chaud a déclenché un débourrement précoce et une floraison en avance de deux semaines par rapport à 2010. Dès le mois d’avril, une période de sécheresse s’est installée avec un ensoleillement important et des températures supérieures de 6 °C à la moyenne de saison. La floraison était terminée le 17 mai. C’est la floraison la plus précoce jamais enregistrée. À partir de la deuxième semaine de juin, le temps a commencé à changer et l’été a pratiquement disparu en juillet, avec de faibles niveaux d’ensoleillement, des températures fraîches et un mois d’août maussade. En septembre, le beau temps est revenu pour les vendanges, avec quelques pluies éparses. Nous avons attaqué les vendanges le 15 septembre avec plus de 2 semaines d’avance sur les millésimes précédents. Nous les avons clôturées le 30 septembre. Le 2011 est un vin rond et charmant, aux arômes floraux pleins d’élégance. La bouche est très fruitée et ses tanins souples et délicieux.

Château Ramafort

2010

En 2010, un autre millésime du siècle, dans la foulée du 2009. Ce millésime présente une robe de velours d’une densité incroyable, une explosion de fruits et d’épices et des tanins nobles, riches et soyeux.

Après un automne 2009 très doux, les premiers mois de 2010 ont été particulièrement froids et secs. Le débourrement a été retardé jusqu’à la mi-avril et la floraison a été laborieuse, en raison d’une première quinzaine fraiche en juin. En été, les racines de la vigne sont allées chercher en profondeur l’eau qui manquait en surface et les raisins n’ont pas souffert de la sécheresse.

Tous les ingrédients d’un grand millésime ont été réunis: des températures douces aux mois de juillet et d’août, des mois de septembre et octobre ensoleillés et juste assez de pluie pour parfaire l’équilibre des fruits. Les merlots ont été vendangés du 7 au 13 octobre, les cabernets francs le 14 octobre et les cabernets sauvignons du 15 au 21 octobre. Dans le cuvier, des arômes de framboise et de cerise noire ont empli l’air lors des remontages et une fermentation lente a permis une extraction très douce des couleurs et des tanins. La couleur du millésime 2010 est d’une intensité fabuleuse, le nez est incroyablement expressif, pur et aromatique. En bouche, la structure est de toute première élégance et le vin révèle de belles notes de baies noires.

Château Ramafort

2009

Jusque-là, le millésime 2005 était le millésime de notre vie. Puis 2009 est arrivé et nous a ébloui par sa perfection dès ses premiers pas. Il a la plénitude du 2005 et la douceur du 1990.

Dès le départ, 2009 est né sous les meilleurs auspices, avec des températures légèrement au-dessus de la moyenne et 220 heures d’ensoleillement pendant la phase de croissance. Un mois d’avril doux mais pluvieux a légèrement nuancé nos prévisions mais le retour du beau temps en mai a permis une floraison rapide et homogène jusqu’au début du mois de juin. L’été s’est avéré extrêmement chaud avec un ensoleillement constant : 293 heures de soleil en juin, 262h en juillet et 270h en août. La véraison et la floraison ont été uniformes malgré nos inquiétudes face au manque d’eau: seulement 48 mm de pluie sur la période, contre une moyenne de 90 mm sur les 30 dernières années. La vendange a commencé le 1er octobre et nous avons ramassé les derniers cabernets le 22 octobre. Les arômes dans le chai étaient divins et lors de la fermentation, des extractions douces ont été suffisantes pour obtenir une brillante couleur rouge rubis et des tanins à la texture soyeuse.

Le 2009 possède maintenant une extraordinaire intensité aromatique, fraîche et précise. Il est riche, mûr et minéral avec une finale longue et persistante.

Château Ramafort

2008

Ce millésime 2008 nous rappelle la profondeur et le charme du 2004.

En début de saison, un mois de mars terne, humide et orageux a entraîné un débourrement lent et inégal. Après un mois de mai maussade (le deuxième le plus humide depuis 1946) et une floraison hétérogène, sans surprise des grappes irrégulières se sont développées. Heureusement, le temps sec et ensoleillé de juillet a permis de sélectionner les plus jolis raisins. Le mois d’août a été frais avec quelques pluies avant le retour d’un véritable temps estival le 25. De mi-septembre à mi-octobre, les brises chaudes de l’Atlantique ont accéléré la maturation, tout en préservant la santé des raisins. En septembre, une amplitude thermique remarquable entre le jour et la nuit a conduit à une synthèse très rapide des composés phénoliques dans les grappes. Les merlots ont été récoltés du 6 au 13 octobre et les cabernets du 11 au 17 octobre. Le 2008 a mis plus de temps à évoluer que la plupart des millésimes. Une grande partie du vin est restée en cave jusqu’en 2015, pour que les tanins s’adoucissent et que naisse un vin très classique après ce long et profond sommeil.

Château Ramafort

2007

Après un mois de février très doux, le débourrement est arrivé 10 jours en avance, fin mars. Les températures sont montées en flèche en avril, le plus chaud depuis 1949, pour ensuite dégringoler en mai. La floraison a été tardive et laborieuse, avec sept jours de retard sur la moyenne. La pluie et le manque de soleil de mai ont perduré jusqu’en juillet, faisant peser une menace constante de maladie sur le vignoble. Dans la vigne, des travaux incessants ont été nécessaires pour maintenir des raisins sains et réduire les rendements en vue des vendanges. Bien que le mois d’août ait commencé chaud et bien ensoleillé, la pluie et des températures plus fraiches sont rapidement revenues, gonflant les raisins et créant une grande disparité de maturité entre les parcelles. Le 25 août, le soleil est enfin revenu pour ne plus nous quitter pendant 64 jours d’affilée. Nous avons débuté le 4 octobre et avons ramassé nos derniers cabernets, les plus mûrs, le 18. Le chai s’est empli de merveilleux arômes de fraise et de framboise. Nous avons incontestablement procédé à la sélection la plus rigoureuse de notre histoire pour produire un vin très agréable qui a parfaitement résisté au temps.

Château Ramafort

2006

2006 est un millésime très délicat, ayant connu une météo très variable du début à la fin. Un hiver froid et assez humide – bienvenu après la saison 2005 – a fait place à un temps sec, du printemps jusqu’au milieu de l’été. En début de saison, les fortes pluies de mars ont été un soulagement mais elles ont retardé le débourrement. Les bourgeons des merlots ne se sont ouverts que début avril, comme en 2000. Le mois de juin, chaud et sec, a permis une floraison très rapide des merlots comme des cabernets, au même moment. L’été a été marqué par une longue vague de chaleur caniculaire en juillet. La véraison a eu lieu 2 à 3 jours plus tôt qu’en 2005 et 10 jours plus tôt qu’en 2000 et 2004. S’en est suivi un mois de septembre au contraire extrêmement arrosé qui nous a contraints à interrompre les vendanges et nous a causé quelques nuits blanches.

Les vendanges se sont déroulées du 25 septembre au 10 octobre.

Malgré les difficultés, le 2006 a la richesse du millésime 1986 et la grâce et la pureté du 1996.

Château Ramafort

2005

Difficile de trouver une autre année qui fasse autant l’unanimité en primeur. Même les millésimes de référence tels que 1989, 1990 et 2000 n’ont pas reçu de telles louanges à leur sortie. La volupté et l’harmonie sont la marque d’un millésime vraiment exceptionnel. Jamais des raisins n’ont été si parfaits, à l’issue d’une saison chaude et ensoleillée, sans excès. Les nuits fraîches d’août et septembre ont gardé l’acidité et l’équilibre des raisins. Les vins sont à la fois très mûrs et d’une fraîcheur remarquable. En d’autres termes, les vins présentent une profusion d’arômes de fruits mûrs et de tanins doux, associés à une acidité élevée. Il n’existe pas de scénario plus parfait! Le début des vendanges a été progressivement décalé au 29 septembre. Le fruité des jeunes merlots nous a très vite impressionnés. Les rendements ont été faibles et les raisins d’une concentration exceptionnelle. Nous avons patiemment attendu que les cabernets soient complètement mûrs et nous avons cueilli les derniers raisins le 18 octobre. La fermentation a été effectuée à une température plus basse que d’habitude et les cuves ont nécessité moins d’intervention qu’à l’ordinaire, pour extraire couleur et tanins. Nous pensons qu’il s’agit du meilleur millésime que nous avions produit jusque-là sur le vignoble.

Château Ramafort

2004

Largement considéré comme un millésime dans le style classique des 1996 et 1988, notre millésime 2004 s’est révélé frais, pur et bien structuré pour une garde de moyen à long terme. La croissance de la vigne s’est faite au rythme de périodes tour à tour humides et sèches, avec une heureuse coïncidence des périodes sèches avec la floraison et les vendanges. La qualité de ce millésime, ainsi que le retour à des niveaux de production normaux, est dû à une excellente floraison, régulière et rapide qui a eu lieu sous un climat exceptionnel de la fin mai au début de juin. Nous avions les bases d’une récolte généreuse et d’une maturité homogène en fin de saison. Cependant, le mois d’août fut particulièrement pluvieux, entrainant une morosité généralisée quant aux perspectives du millésime. Le miracle s’est produit en septembre avec le retour du beau temps et les raisins ont pu achever leur maturité. La récolte des merlots a commencé un peu plus tard que d’habitude, le 4 octobre. Les Cabernets ont fermé la marche et nous avons terminé la récolte le 18. Les fermentations lentes ont permis de bien identifier la personnalité de chaque parcelle et d’adapter la vinification en conséquence. Une vinification de rêve pour un winemaker. Dans chaque bouteille de 2004 se révèle une grande finesse et un nez subtil combinant des arômes de fleurs, de fruits et d’épices.

Château Ramafort

2003

Pour tous, 2003 restera l’année de la canicule, produisant un vin d’une densité inégalée avec une puissance, une profondeur, une longueur et des tanins merveilleusement soyeux.

La vigne, grâce à son enracinement profond, a moins souffert que d’autres cultures de cette chaleur torride. Quelques raisins ont pourtant été brûlés par le soleil ardent du mois d’août. Les températures nocturnes élevées perturbent la synthèse des polyphénols alors que par ailleurs les concentrations en sucres augmentent rapidement. Tous nos repères habituels sont balayés. La hiérarchie entre les parcelles est bousculée. Il faut tout réinventer : le moment optimal de récolte, l’ordre de vendange, quelles parcelles vendanger ensemble. L’observation des parcelles et la dégustation des raisins seront nos seuls guides. Puis 30 mm tombent en trois jours début septembre et débloquent la situation. Nous avons rempli les premières cuves le 10 septembre. Compte tenu des températures élevées, nous avons décidé de ne récolter que le matin. Les rendements sont très faibles et les raisins naturellement très concentrés. Nous avons vendangé à un rythme particulièrement lent jusqu’au 2 octobre. Des fermentations longues ont permis de parfaitement maîtriser l’extraction. Au final une saison éprouvante face à des situations inconnues pour un vin magnifique, très rond et très charmeur.

Château Ramafort

2002

L’année 2002 a donné une petite récolte de vins très élégants, bien structurés et de très bon niveau. Il leur aura fallu toutefois un long séjour en cave pour leur permettre d’atteindre leur apogée. Le printemps doux et relativement sec fut suivi d’un été frais, pour terminer par un mois d’août assez pluvieux. La floraison en a été assez perturbée, en particulier les merlots, plus précoces et sensibles à la coulure. Cependant un magnifique été indien en septembre et octobre a sauvé le millésime. Jour après jour, les raisins se sont gorgés de sucres et d’arômes, et les tanins, d’abord un peu durs, se sont assouplis. La récolte 2002 a été la plus faible depuis 1991 mais sa qualité est indiscutable. Nous avons commencé les vendanges le 3 octobre et les dernières parcelles de Cabernet Sauvignon ont été ramassées 9 jours plus tard. Le potentiel polyphénolique s’est révélé impressionnant. Le laboratoire d’analyses a d’ailleurs dû modifier son échelle d’évaluation car les niveaux d’anthocyanes ont crevé les plafonds. Les jus étaient presque noirs et les saveurs de fruits confiturés déjà remarquables. Les merlots se sont révélés particulièrement aromatiques et les cabernets sauvignons et francs exceptionnels. Le millésime est superbe: riche, puissant et harmonieux avec toute l’élégance tannique des cabernets.

Château Ramafort

2001

Le millésime 2001 nous rappelle le 1999, pour ses arômes expressifs et ses tanins denses et harmonieux. L’hiver précédent a été le plus humide depuis 1982/83. Mai et juin ont été plutôt secs, déclenchant une floraison précoce mais rapide et uniforme. Juillet a commencé avec la pluie et des températures plutôt fraiches, avant que l’été reprenne ses droits. Août a été chaud, avec des précipitations moyennes pour la saison. Quant à septembre, il a été plutôt frais, offrant d’excellentes conditions pour la maturation des raisins qui était parfaite dès le début des vendanges. Ce sont les jeunes plants de Merlot qui ont ouvert le bal, le 2 octobre. Le plus gros des vendanges s’est déroulé du 5 au 12 octobre. Durant cette période, les journées ont été très belles, les rares pluies ayant la bonne idée de tomber plutôt de nuit. Dès les premiers jours de la vinification, nous avons été agréablement surpris de la couleur profonde des moûts alors même que les extractions ont été particulièrement douces.

Il n’est pas facile de prendre la suite d’un millésime comme le 2000 mais le 2001 relève le défi et ravira nos palais de nombreuses années encore.

Château Ramafort

2000

En 2000, la saison viticole fut assez complexe et nous étions loin de penser que nous avions entre nos mains l’un des plus grands millésimes du XXe siècle. Le début d’année et le printemps ont été particulièrement doux, entrainant un débourrement précoce.

Avec la douceur qui s’est poursuivie en avril et mai, la pluie s’est invitée et la floraison n’a débuté qu’à la fin du mois de mai. L’humidité s’est prolongée en juin et en juillet. Fort heureusement, aout et septembre ont bénéficié temps sec et d’un ensoleillement quasi ininterrompu. Ce soleil a donné aux merlots d’excellentes maturités. Les Cabernet Sauvignon ont muri en toute fin de saison, pour ceux qui ont été suffisamment patients. Nous avons vendangé en premier lieu les plus vieux merlots à partir du 25 septembre, et nous avons récolté la dernière parcelle le 12 octobre, attendant ainsi que les Cabernets soient complètement mûrs. La fermentation s’est faite en douceur et la macération a duré trois semaines. Avec une élégance et une souplesse en bouche rappelant les millésimes 1990 et 1996, le millésime 2000 est l’un de nos plus grands millésimes.

Château Ramafort

2016

Note de dégustation

Magnifique couleur rubis profonde avec des reflets violets. Nez de réglisse et de violette enveloppés d’arômes classiques de fruits noirs. Volumineux, palais mou. Les tanins sont bien intégrés, montrant beaucoup de caractère, mais sans agressivité et sous-jacent de beaux fruits. En un mot : Élégance.

Accords mets et vins

**Entrée**

Carpaccio de bœuf, chimichurri, estragon
Terrine de Foie Gras Maison, Croque de Fruits et Confiture d’Oignons

**Plat**

Filet de Bœuf, mousse de Pomme de terre de Noirmoutier
Côte de Veau élevé sous la mère à partager, bonbons d’Oignons fourrés, légumes de saison
Magret de canard entier (IGP du Périgord), mousseline de pommes de terre et jus à la truffe
Pavé de Rumsteack Black Angus, frites maison et anchoïade

Télécharger la fiche technique

Château Ramafort

2015

Note de dégustation

Rouge Grenat violacé. Notes des chocolat, caramel et réglisse. Attaque fine, fruitée. Le corps est légèrement crémeux et dispose de tannins bien intégrés. La structure tient le fruit et octroie un peu de fraîcheur. Un vin déjà très accessible. Il fera plaisir dans sa jeunesse.

Accords mets et vins

**Entrée**

Pâté en croûte de canard, oignons doux et pommes acidulées
Carottes confites en concentration d’eau de pomme de terre, rafraîchies à la lavande sauvage

**Plat**

Côte de veau rôtie au beurre d’Espelette, palet de pommes fondantes et morilles en sauce
Magret sauce aigre douce, poêlée de légumes
Entrecôte de race Charolaise à l’échalote
Rognon de Veau cuit à la Cheminée

Château Ramafort

2014

Note de dégustation

Joli nez fruité et gourmand.
Notes de myrtille écrasé associées à une légère touche de bois, d’épices, de zan mais aussi une petite touche de fleur et d’humus.
Le palais est juteux, gras, bien construit avec une acidité équilibrée, une bon dynamisme et de la fraîcheur.

Accords mets et vins

**Entrée**

Foie gras de canard poché dans un bouillon corsé, velours de petits pois et crémeux d’anguille fumé
Tartare de boeuf au couteau « à la Française »

**Plat**

Noix de ris de veau croustillante pommes Suzette et crème au lard, girolles et sauce vin jaune
Tournedos de Boeuf et son jus aux cèpes
Brochettes de gigot d’agneau
Jambonnette de poulet fermier farcie au citron confit et pignons, lasagnes d’épinards encocotte

Château Ramafort

2013

Note de dégustation

Rouge grenat aux reflets violets. Bouquet agréable marqué par des notes de biscuit et de vanille ainsi que de fruits rouges. Attaque fruitée et élégante. Corps équilibré, bonne expression aromatique. Un vin à savourer dès maintenant.

Accords mets et vins

**Entrée**

Gravlax de Magret de Canard, Rémoulade céleri et pomme noisette.
Foie Gras de canard poêlé avec légumes Printanier, crumble au Sarrasin.

**Plat**

Ballotine de Volaille avec farci Primavera.
Pigeon cuit sur coffre, croustillant d’abattis, betteraves et pain d’épices
Bœuf du Limousin maturé 50 jours, Grillé aux sarments de vigne, échalotes confites, Moutarde à l’ancienne et sauce à la Bordelaise
Bœuf Wellington Pomme purée, salade sucrine

Château Ramafort

2012

Note de dégustation 

La robe de rubis sombre s’égaie à peine de reflets grenats.
Au nez, c’est un tourbillon de notes fruitées, florales, épicées, vanillées et grillées qui allèche les papilles.
La bouche ne déçoit pas avec une puissance tout en douceur qui soutient la palette boisée et la finale longue à dominante fruitée.

Accords mets et vins

**Entrée**

Escargots de Haute-Savoie
Fleur de courgette farcie

**Plat**

Filet de veau cuit au beurre noisette, Aubergine rôtie et confite, Jus concentré et vierge de condiments et pignons de pin grillés
Agneau Rôti à l’ail rose, câpres et citron, ratatouille
Pigeon fondant croquant
Le filet de bœuf de la ferme, mousseline de panais, cèpes bouchons et jus au vin Rouge

Château Ramafort

2011

Note de dégustation 

Robe pourpre intense ; nez complexe, développant des arômes concentrés de fruits rouges mûrs mêlés à des notes vanillées.

Dès l’attaque, sa rondeur fruitée nous charme, bien mise en valeur par des tannins fins et bien mûrs. Très belle persistance aromatique.

Accords mets et vins

**Entrée**

Pâté croute de lapin au poivre vert de Madagascar, carotte cloutée de chouchou de noisettes, pickles et gelée de la cuisson hachée

Carpaccio de bœuf, pistou et copeaux de brebis

**Plat**

Le Jambonneau demi-Sel au Porto et une Florentine d’Épinards

Carré d’Agneau à la Fleur de Thym, le jus nourri de Pulpe d’Ail doux, un Quinoa aux Raisins blonds

Quasi de Veau mijoté aux petits Oignons et carottes fondantes

Filet de Canard servi rosé, carottes mijotées au poivre, Jus corsé à la sauge et vinaigre de mangue

Château Ramafort

2010

Note de dégustation 

Robe d’un rouge soutenu, ourlée de teintes violines.

Le bouquet s’éveille doucement en mariant les fruits rouges sauvages: merise, airelle, prunelle, fondus à des épices relevées de senteurs résineuses.
La bouche harmonieuse, ronde et séveuse présente une belle matière aux tanins à grains satinés, mariés à un moelleux confortable.
La finale est longue et aromatique avec un joli fruité.

Accords mets et vins

**Entrée**

Le Bœuf juste saisi à la crème de foie gras, carottes à l’orange
Tartare de bœuf à l’italienne : bœuf haché, parmesan, huile d’olive, tomates confites

**Plat**

Veau fermier du Limousin cuit au sautoir, rillons aux petits pois et girolles, vrai jus
Cuisses de grenouilles poêlées, jus de cresson de fontaine, ail nouveau
Cochon de lait à l’huile de cendres, pomme à la braise, pommes de terre rouges de montagne
Agneau des Pyrénées rôti et frotté au piment d’Espelette, coco de Paimpol au jus tomaté

Château Ramafort

2009

Note de dégustation 

Robe rubis profonde encore très vivace.
Nez de petits fruits noirs avec une pointe mentholée fraîche.
La bouche est pleine et les tanins séveux. Les arômes de fruits et de vanille sont éclatants et se prolongent sur une finale d’épices douces.

Accords mets et vins

**Entrée**

Tartare de bœuf assaisonné, chips de légumes et coulis de piment d’Espelette
Pâté en croûte de cochon de lait, foie gras et ris de veau

**Plat**

Entrecôte de bœuf de tradition française grillée à la plancha
Côte de veau de tradition française cuisinée au verjus
Le véritable cassoulet Montalbanais
Canette fermière du Sud-Ouest, cuisse confite croustillante, et anchois au sel

Château Ramafort

2008

Note de dégustation 

Le château Ramafort 2008 se pare d’une belle robe dense à reflets orangés.
Le nez très expressif marie avec bonheur les petits fruits noirs, la feuille
de cassis froissée, le boisé finement vanillé et une touche fumée harmonieuse.
La bouche concentrée dès l’attaque s’épanouit sur des tanins savoureux à grain fin. Les arômes fruités agrémentés d’épices prolongent l’équilibre et le plaisir de la dégustation.

Accords mets et vins

**Entrée**

Demi aubergine bio grillée au miso doux
Morilles farcies, foie gras de canard poêlé, émulsion au vin d’arbois

**Plat**

Foie gras de canard cuit au torchon, épices de Massala avec Rhubarbe fondante à la chartreuse
Râble de lapin farci aux shitakés et foie gras
Bœuf Wagyu chilien sauté au poivre noir
Canard de Challans aux épices, fenouil, sauce à l’orange

Château Ramafort

2007

Note de dégustation 

Belle robe pourpre aux éclats rouge vif.

Le nez, d’abord floral, évolue vers les fruits rouges, plutôt framboise et griotte sur fond vanillé.

La texture en bouche est élégante, les tanins mûrs et précis, la finale fraîche.

Accords mets et vins

**Entrée**

Aubergine Confite, bouillon de Foie gras
Gnocchis pochés, ail des ours et Champignons

**Plat**

Foie Gras de Canard Aux épices, Crème de Foie gras, Feuille de Navet Croustillante
Bœuf d’Aubrac à la moëlle, asperges et oignons
Côtes d’agneau du Quercy aux pruneaux d’agen
Paume de ris de veau, bisque de homard

Château Ramafort

2006

Note de dégustation 

Belle couleur de velours pourpre.

Le nez parfumé de violette et d’épices douces se prolonge sur les fruits mûrs.

L’attaque est ronde, puissante, équilibrée. La fin de bouche est pleine, aromatique sur des tanins qui demandent encore un ou deux ans pour s’assagir.

Accords mets et vins

**Entrée**

Pâté en croûte de canard, oignons doux et pommes acidulées

Carottes confites en concentration d’eau de pomme de terre, rafraîchies à la lavande sauvage

**Plat**

Côte de veau rôtie au beurre d’Espelette, palet de pommes fondantes et morilles en sauce
Magret sauce aigre douce, poêlée de légumes
Entrecôte de race Charolaise à l’échalote
Rognon de Veau cuit à la Cheminée

Château Ramafort

2005

Note de dégustation 

Habillé d’une profonde robe grenat, le château Ramafort 2005 présente un bouquet d’une grande complexité dominé par les petits fruits rouges auréolés d’effluves de fleurs de tilleul et de chèvrefeuille.

L’harmonie du nez se retrouve dans la bouche charnue et élégante, dans les tanins fins au service de la trame fruitée, nette et franche.

Accords mets et vins

**Entrée**

Pâté en croûte de canard et légumes au vinaigre

Carottes confites en concentration d’eau de pomme de terre, rafraîchies à la lavande sauvage

**Plat**

Carré d’agneau de lait en croûte persillée
Bœuf d’Aubrac à la moëlle, asperges et oignons
Cochon de lait farci aux épices douces
Magret sauce aigre douce, poêlée de légumes

Château Ramafort

2004

Note de dégustation 

Robe très sombre entre rubis et grenat.
Nez intense de groseille, cassis, fougère. Notes mentholées à l’aération.
La bouche est puissante mais fondue, les tannins sont gras, moelleux, un vin gourmand et moderne que l’on pourra déguster assez jeune. À boire 2006-2015

Accords mets et vins

**Entrée**

Tartare de bœuf Charolais Coupé au couteau, condiments, pain toasté
Le Foie-gras de Canard mi-cuit à l’Armagnac

**Plat**

Millefeuille de joue de bœuf et artichauts, Barigoules aux agrumes
Entrecôte de veau de lait au verjus, légumes parfumés à la sarriette
Pigeon des landes cuit en feuilleté, sauce salmis
Noix de ris de veau braisée au Vin rouge, Barigoule d’artichauts violet

Château Ramafort

2003

Note de dégustation 

La robe de rubis sombre s’égaie à peine de reflets grenats.
Au nez, c’est un tourbillon de notes fruitées, florales, épicées, vanillées et grillées qui allèche les papilles.
La bouche ne déçoit pas avec une puissance tout en douceur qui soutient la palette boisée et la finale longue à dominante fruitée.

Accords mets et vins

**Entrée**

Terrine de lapin, volaille et porc aux herbes
Salade de bœuf finement tranché et poché, vinaigrette de sésame

**Plat**

Entrecôte de bœuf de tradition française grillée à la plancha
Côte de veau cuisinée au verjus
Véritable cassoulet Montalbanais
Canette fermière du Sud-Ouest, cuisse confite croustillante, et anchois au sel

Château Ramafort

2002

Note de dégustation 

La robe est rouge grenat intense aux reflets de rubis. Le nez finement boisé teinté de vanille se développe sur des fruits noirs bien mûrs, cassis, myrtille, et une délicate nuance balsamique.

L’attaque en bouche est riche et harmonieuse, soutenant des arômes épicés avec beaucoup d’élégance. La structure est fine avec un joli support boisé et une finale longue et prometteuse.

Accords mets et vins

**Entrée**

Cuisses de grenouille en chapelure de persil, rôties au naturel coulis de cresson acidulé

Jambon Ibérique

**Plat**

Agneau aux épices, variation d’artichauts et carottes en croûte de sel

Filet mignon de veau et son jus, déclinaison de fleurs de courgettes et piquillos

Cochon de lait farci aux épices douces

Cuisse de volaille jaune, ravioles de foie gras, bouillon de poule parfumé à la verveine

Château Ramafort

2001

Note de dégustation 

La robe pourpre du château Ramafort 2001 offre une belle profondeur.
Le nez complexe de violette et de petites baies (myrtille, groseille) évolue à l’agitation sur des notes de noisette et de vanille.
Les tanins veloutés magnifient ces arômes auxquels s’entremêlent réglisse et cannelle en une fin de bouche longue et savoureuse.

Accords mets et vins

**Entrée**

Pâté en croûte de canard et légumes au vinaigre
Poêlée de cuisses de grenouille légèrement pimentées petites girolles, quinoa toasté, roquette et cresson

**Plat**

Poitrine de pigeon rôti au miel épicé et sa cuisse confite, compotée d’oignon rougeau vinaigre de xérès

Carré d’agneau de lait en croûte persillée
Ris de veau en cocotte, morilles crémeuses

Selle de cochon de lait farcie d’une épaule confite artichauts violets et céleri lardés, jus infusé à la poitrine fumée

Château Ramafort

2000

Note de dégustation 

Le millésime 2000 du château Ramafort présente une superbe robe pourpre. Le nez exprime des notes fondues de fruits rouges et des nuances florales que l’on retrouve dans une bouche rendue très élégante par la trame tannique, tendue et souple à la fois. Belle longueur aux notes de tabac et de cerise.

Accords mets et vins

**Entrée**

Rillettes de porc aux épices
Effiloché de poulet en salade, vinaigrette de sésame pimentée

**Plat**

Ris de veau croustillant aux herbes à tortue, carottes, gingembre-orange
Agneau du Pays d’Oc sarriette, aubergine, épaule en pastilla
Côte de veau de Dordogne morilles crémées, amandes, oseille
Volaille de Bresse en croûte de foin, artichauts violets condimentés

Château Ramafort

2016

Revues de Presse
& Médailles

93-94/100 Points

A tight and solid young wine with blackcurrant, sweet tobacco and mushroom character. Lots of character already. Full body and chewy tannins. Fantastic effort.

James Suckling primeurs

92/100 Points

 

Editors Choice, Wine Enthusiast

*

Guide Hachette 2020

92/100 Points

Herrliche Cabernet-Nase, ein Archetyp eines Médoc, dunkle Johannisbeeren, Kirschen, ein Hauch krautige Noten, verspielt und mit spanning, sher gute Komplexität. Straffer Gaumenauftakt, sehr schöne Frucht, präzis, klar, dunkelfruchtig, Brombeeren, Kirschen, schwarze Johannisbeeren, dicht oud saftig, gestürzt durch eine sehr gute Struktur, feinste Gerbstoffe, und eine perfekt dosierte Säure, keinerlei Alkoholübergang. Im Abgang von sehr gute Länge, endet feinwürzig auf dunkle Kirschen. Ein Hit. Sehr gelungener Médoc, wird früh Spass Machen, kann reifen. 2022-2034, 18.5 vvPunkte.

Adrian Van Velsen- VV Wine primeurs 2016

90/100 points

Dark purple red with violet hue and black core. Blackcurrant leaf, blackcurrants and discreet spiciness. On the palate well structured, ripe yet firm tannins, sweet fruit and good length.

Markus del Monego

Médaille d’Or Concours des Grands Vins de France 2018

Château Ramafort

2015

Revues de Presse
& Médailles

89/100 Points

This is lovely, showcasing the rich, toasty, smoky side of an oaked wine without being too much. A very attractive and classically styled Médoc showing menthol and cassis notes, while the smokiness softens the edges. Good value cru bourgeois. Release date maybe in 2021, as they hold the wines back here.

Decanter Jane Anson Décembre 2017

89-90/100 Points

A bright and fruity red with blackberry and blueberry character. Medium mid-palate but should fill- in nicely.

Jamessuckling.com primeurs 2015 Avril 2016

17/20 Points

Well-formed, generous, opulent fruit. Excellent oak spice on the palate with attractive burnt meat notes on the length. Has everything you could want from 2015 Bordeaux – clarity, balance, length, ripeness. (RH) 13% Drink 2018-2025

Jancisrobinson.com Crus Bourgeois 2015 03/10/17

Médailles d’Or Concours des Grands Vins de France 2018

Château Ramafort

2013

Revues de Presse
& Médailles

86-89/100 Points

Shows good energy, with a briary note up front, accented by fresh star anise and black cherry notes. Features modest grip and fresh acidity through the finish.

Wine spectator James Molesworth

87/100Points

An elegant, polished wine for 2013, shows its Rothschild heritage.

Drink: 2017-2022

Steven Spurrier Decanter Decanter primeurs 2013

Médaille d’Or Citadelles du Vin 2019

Château Ramafort

2012

Revues de Presse
& Médailles

87/100 Points

Robe soutenue, reflets d’évolution. Nez boisé grillé fin, sur fond de fruits confiturés (prune, cerise, cassis). Bouche épanouie, bien équilibrée. On apprécie la franchise de ses parfums aidée par des tanins fondus. Typé, à servir sur une pièce de bœuf.

Gilbert & Gaillard Mai 2016

Médaille d’Or Citadelles du Vin 2017

Médaille d’Argent Concours de Lyon 2017

Château Ramafort

2011

Revues de Presse
& Médailles

16/20 Points

La Cardonne stablemate. Particularly dark crimson. Decidedly savoury nose, almost as though there were a hint of syrah in here. Firm structure but with a decent amount of flesh in the middle. Outperforms its appellation.  Drink 2016-2023

Jancis Robinson

Médaille d’Or Challenge international du vin Blaye 2016

Médaille d’Argent Medal Concours mondial Bruxelles 2015

Château Ramafort

2010

Revues de Presse
& Médailles

15/20 Points

Recht elegant, frisch und fruchtig, herbes, leicht flockiges Tannin. 2017 bis 2024.

Vinum primeurs 2010

Médaille d’Or Concours de Bordeaux Vins d’Aquitaine 2014

Médaille d’Or Berliner Wein Trophy 2015

 

Genussmagazin Selection avril 2014
Château Ramafort

2009

Revues de Presse
& Médailles

16/20 Points

***

Good fleshy wine, elegant supple Médoc with depth. Drink 2012-2016

Decanter.com Avril 2010

87-90 Points

Crushed blueberries and blackberries on the nose follow through to a full body, with fine tannins and a medium finish. Interesting wine. Tasted twice, with consistent notes. —J.S.

Wine Spectator.com Avril 2010

16/20 Points

Reserved cassis, cocoa and herbaceous aromas. Highly refreshing with good pure and lush fruit with grainy tannins. Made in a modern crunchy style. 2011-2014

Decanter Février 2011

Médaille d’Argent Concours des Grands Vins de France 2011

Château Ramafort

2008

Revues de Presse
& Médailles

Médaille d’Argent Challenge international du vin Blaye 2012

Médaille d’Argent Medal Citadelles du Vin 2016

Château Ramafort

2007

Revues de Presse
& Médailles

***

Decanter.com primeurs 2007

16/20 Points

Superbe, elegante Textur, präzis gearbeitetes Tannin, frisches Finale; hervorragend und eine Klasse besser als « en Primeur ». 2012 bis 2018.

Vinum Bordeaux 2007 Mars 2010

Médaille d’Or Concours des Grands Vins de France 2010

Château Ramafort

2006

Revues de Presse
& Médailles

*

Issu d’une belle unité de 125 ha, ce vin mi-merlot mi-cabernet-sauvignon n’a rien de confidentiel. Cela ne donne que plus d’intérêt à sa personnalité. Celle-ci apparaît d’emblée dans sa teinte rubis sombre aux reflets tuilés, avant d’être prolongée par un nez montant, épicé et mentholé. L’équilibre en bouche entre le bois, l’alcool et les tanins vient confirmer la qualité. Tout est en place pour tirer profit d’un séjour en cave de quatre ou cinq ans.

Guide Hachette 2010

16/20 Points

*** Good colour, floral and fragrant Medoc with ripe Cabernet Sauvignon to the fore, fine classic Medoc. 2010-2016.

Decanter.com Primeurs 2007
Château Ramafort

2005

Revues de Presse
& Médailles

88/100 Points

Belle robe assez soutenue, encore jeune. Au nez un fruit plaisant, relayé d’élégantes touches

Guide Gilbert & Gaillard 2011

A silky, fruity red with lots of plum and berry character. Medium finish. Fine tannins.-J.S.

Wine spectator.com primeurs 2005
Château Ramafort

2004

Revues de Presse
& Médailles

16/20 points

***

Fine deep colour, smooth ripe Cabernet/Merlot fruit, attractive and well balanced. Drink 2007-2013.

Decanter.com primeurs 2004

16/20 Points

Sehr dunkles Rubin-Granat. Offenes Bouquet, gewisser, leicht unterreifer Schalenton, waldiger Terroirton, tintige Würze im satten, sanft kapselig wirkenden Extrakt, kühl im Finale, aber mit guten Anlagen, kann noch zulegen. 2009-2018

Wein Wisser – 3 Mars 2005

« Nous avons beaucoup aimé ».

Très beau fruit en attaque et tanins équilibrés en bouche. Beau vin classique et droit.

Revue du Vin de France – Juin 2005

Médaille d’Or Concours de Bordeaux Vins d’Aquitaine 2006

Guide Hachette 2008
Château Ramafort

2003

Revues de Presse
& Médailles

88/100 Points

Flower, plum and berry charcter follow through to a full-bodied palate, with supersilky tannins and a long, caressing finish. Best after 2006. 7,080 cases made.- JS

Wine Spectator – Mars 31, 2006

Une étoile

Issu d’un cru appartenant au vaste ensemble (de 125 ha) constitué par les vignobles CGR, ce vin commence gentiment à affiner sa personnalité. Tant par ses arômes aux notes fruitées, florales épicées, vanillées et grillées, que par ses fins tanins. Ronds et gras, ces derniers s’accordent avec la douceur de l’ensemble pour laisser envisager une belle bouteille d’ici trois à quatre ans.

Guide Hachette 2007

Médaille d’Or Concours de Bordeaux Vins d’Aquitaine 2006

Médaille d’OR Vinalies internationales 2009

Wine Spectator 2006
Château Ramafort

2002

Revues de Presse
& Médailles

16/20 Points

Mittleres Granat. Delikates, parfümiertes Bouquet, feine Veilchentöne, rote Kirschen anzeigend. Im Gaumen mittelgewichtig, recht feine Tannine, auf einen möglichen Frühcharme hinweisend, mit einem sehr fruchtigen Maulbeerton endend.  2006-2014

Wein Wisser – 3 Mars 2005

*** Lovely extract, fine and ripe, firm, smooth tannins, potential for a gentle, harmonious wine. Drink 2006-2010

Decanter.com primeurs 2002

Médaille d’Or Concours des grands vins de France (Macon) 2005

Château Ramafort

2001

Revues de Presse
& Médailles

16/20 Points

Bien épicé au nez, bouche souple, garnie, tanins moelleux, log, bien construit.

Le Point primeurs 2001

16/20 Points

Mittleres Granat, rubiner Rand. Intensives Bouquet mit nussigen Noten und einem gewissen Zimtschimmer, dahinter fleischige Töne. Saftiger Gaumen, muskulös, recht dichtes Extrakt, blaubeerige Frucht, prägnant wirkende Gerbstoffe, die gerbige Zunge dominierend. 2008- 2016

Wein Wisser – 3 Mars 2005

88/100 Points

Robe soutenue, rouge franc légèrement évolué. Nez de fruits mûrs évoluant vers le sous- bois, des notes de fougères. La bouche a conservé une très belle harmonie, les tanins sont fondus et les arômes montrent encore une agréable fraîcheur réglissée.

Guide Gilbert&Gaillard 2009
Château Ramafort

2000

Revues de Presse
& Médailles

***Recommended

Rich, complex, spicy oak and jammy fruit. Full, fleshy, creamy flavours, dark fruits and underlying classy oak tone, complete. 2-5 years. (MB)

Decanter Juillet 2003

****(très bon)

Le nez exprime des notes fondus de fruits rouge et des nuances florales que l’on retrouve dans une bouche chaleureuse, ample, charnue, ronde et harmonieuse.

La Revue du vin de France « Dossier Bordeaux 1999& 2000 » – Septembre 2002

90/100 Points

Tobacco, cedar and berry character. Medium-bodied, with soft tannins and a fruity finish. Delicious red. Lovely balance. Drink now through 2006. 12 500 cases made. — J.S.

Wine spectator online – 10/3/03- Wine Spectator 31 Mars 2003

* (vin très réussi)

Ce vin présente une silhouette élancée mais bien constituée, avec des tanins fins et arrondis qui s’harmonisent heureusement avec le bouquet. Commençant à s’éveiller, celui-ci associe les notes fruitées et florales aux épices et à la vanille. Le tout laisse le souvenir d’un ensemble d’une agréable douceur.

Guide Hachette sélection 2004 Septembre 2003